La dernière étape de tous les travaux de menuiserie, après avoir enfoncé les derniers clous, consiste à reboucher le bois et dissimuler les imperfections. Il s’agit là d’une tâche simple, mais qui peut se transformer en un véritable casse tête si on ne suit pas quelques règles simples.

Reboucher le bois : chasser les trous et les imperfections

Reboucher du bois est un travail qui peut parfois sembler sans fin : il y a toujours un coin à poncer, à boucher et à poncer de nouveau. Il n’y a rien de plus frustrant que de grimper une échelle avec un pinceau chargé de peinture pour se rendre compte qu’il reste des trous qui n’ont pas été rebouchés. La solution est de tout faire en une fois, après que toutes les autres étapes du travail soient terminées.

Inspectez les surfaces de bois avec la plus grande attention. Une lampe torche ou un spot orienté de façon à projeter une lumière rasante vous aidera à voir les ombres des trous. Cependant, la meilleure manière de détecter les imperfections est encore de faire confiance à votre sens du toucher. Passez la main sur le bois et vous trouverez plus de défauts que vous n’en pourriez voir de vos seuls yeux.

Reboucher le bois : le matériel nécessaire

Les produits utilisés pour reboucher le bois existent dans de multiples variétés et sont proposés par de nombreuses marques. Enduits de rebouchage, mastic rebouche bois, pâte à bois : tous ces produits remplissent la même fonction de base. Certains sont plus faciles à appliquer et d’autres acceptent les traitements. D’autres encore sont vendus préalablement colorés. Le mieux est de demander conseil aux vendeurs des magasins de bricolage.

Ces conseils vous ont été utiles ? Découvrez-en d’autres sur notre fan page !

Voir plus de conseils