Obligatoires lors des ventes de biens immobiliers, le diagnostic gaz est la garantie pour l’acheteur que la maison ou l’appartement qu’il s’apprête à acquérir ne comporte pas de vices cachés et de dangers pour sa famille. Elle lui évite de devoir entreprendre des travaux de rénovation qui pourraient se révéler coûteux. Cet article vous exposera les détails du diagnostic gaz.

Tout savoir sur le diagnostic gaz

Le gaz naturel peut receler des dangers graves : il est en effet inflammable et peut provoquer des incendies et des explosions susceptibles d’entraîner des dégâts humains et matériels.

Depuis fin 2007, le vendeur d’un logement particulier doit fournir un diagnostic gaz à l’acheteur si la propriété a plus de 15 ans et – cela va sans dire – si elle est dotée d’un système de chauffage qui utilise le gaz naturel. Le rapport ne doit pas avoir moins de trois ans. En cas de simple location, le diagnostic n’est pas obligatoire. Si un diagnostic n’est pas fourni à la vente, le vendeur encourt des pénalités civiles et peut être forcé à mettre le système gaz en conformité.

Le procédé du diagnostic gaz

Le diagnostic est effectué par un professionnel agréé issu d’un organisme accrédité et peut coûter au vendeur jusqu’à 150 euros. Le diagnostiqueur vérifie le système de chauffage et de production d’eau chaude, le réseau de distribution du gaz et l’ensemble des locaux (aération, humidité, etc.). Le diagnostiqueur qui se déplace n’a pas besoin d’effectuer de travaux ou de démonter l’installation.

Voir plus de conseils