Aujourd’hui, nos maisons et appartements représentent la deuxième source de pollution la plus importante juste après les transports.

En général, pour vivre, se chauffer, se laver à l’eau chaude, regarder la télévision ou pianoter sur son ordinateur… une famille moyenne consomme énormément d’énergie fossile (fioul, gaz et charbon) ou nucléaire. L’électricité produite par le nucléaire en France en 2014 représentait 77% de l’énergie globale produite contre 12,6% par l’hydraulique, 5% par les centrales thermiques à combustibles fossiles, 3,1% par l’éolien et 1,1% par le photovoltaïque.

En faisant le calcul, chaque membre d’une famille moyenne, et attention nous parlons bien de chaque membre, rejette 1,5 tonnes de CO2/an, le CO2 étant en partie responsable du dérèglement climatique mondial. Mais ça ne s’arrête pas là. En plus de cela, chaque membre rejette également 1kg de déchets radioactifs par an…

Il est temps de réagir… Mais comment pouvons-nous agir ? En nous informant sur nos modes de consommation actuels et les dégâts qu’ils causent sur l’environnement et sur les solutions qui existe pour diminuer notre empreinte carbone.

Les maisons basse consommation

Et si nous construisions des maisons qui consomment essentiellement des énergies naturelles ou renouvelables ? Ces énergies étant peu couteuses et peu polluantes, nous serions gagnants sur de nombreux points (économies d’argent, d’énergie (y compris d’énergie grise), bienfaits pour la planète…). Avec les maisons basse consommation, on estime être capable de diviser par 8 la consommation de kWh par rapport à une maison « classique ».

Les maisons basse consommation profitent de l’ensemble des solutions et techniques disponibles pour réduire au maximum la consommation d’énergie. Elles s’inscrivent même dans une démarche globale en utilisant des énergies propres et en limitant l’utilisation d’énergie grise (énergie nécessaire à l’extraction, la production, la distribution du matériau).

La plupart des matériaux utilisés pour la construction des maisons basse consommation sont des matériaux sains, des matériaux utilisant très peu de matière grise (donc peu polluants).

Les maisons basse consommation profitent aussi des apports naturels environnementaux pour chauffer, éclairer ou même climatiser les pièces de vie. C’est ainsi que l’orientation d’une maison par rapport à la trajectoire du soleil devient très importante. En effet, elle permet de profiter au maximum de l’ensoleillement pour réduire la consommation de chauffage. Par exemple, les façades nord des maisons devraient être réservées aux pièces qui ne nécessitent ni chauffage, ni ensoleillement puisque le nord ne voit jamais le soleil. C’est le cas d’un garage ou d’un atelier… Le soleil se levant à l’est, il est préférable d’y installer les chambres à coucher et la salle de bains. Le sud sera réservé aux pièces de vie où de larges baies vitrées laisseront entrer la lumière et la chaleur du soleil tout au long de la journée et ainsi réduire le chauffage et l’éclairage. Enfin, la cuisine sera parfaite à l’ouest.

La conception architecturale est également très importante. Moins les surfaces extérieures sont grandes, moins il y a de perte de chaleur. C’est pourquoi les habitations en forme cubique sont moins énergivores !

Il faut apporter une grande importance à l’isolation. Paille, ouate de cellulose… de nombreuses solutions écologiques existent et, bien réalisée, un seul petit chauffage d’appoint comme un poêle à bois suffirait à chauffer entièrement une maison.

L’utilisation de panneaux solaires, d’éolienne sont également des installations qui produisent de l’énergie naturelle pour alimenter les maisons en électricité ou en eau chaude…

Et en parlant d’eau, des récupérateurs d’eau de pluie peuvent être installés pour alimenter en eau vos WC ou votre machine à laver (qui ne nécessite pas forcément d’eau potable).

Découvrez Bedzed : l’éco-village durable de Londres

Voir plus de conseils