Un des plus fidèles alliés de l’artisan menuisier est son tube de colle à bois. Qu’il soit massif ou panneau artificiel, le bois est un matériau poreux composé de fibres qui se prête particulièrement bien au collage.

Colle à bois : une grande facilité d’utilisation

Les colles à bois modernes sont solides, faciles à utiliser et dotées d’un temps de séchage rapide. Ce dernier avantage n’en est pas toujours un, car il est parfois important de pouvoir repositionner un assemblage, voire carrément de le démonter en s’apercevant d’une éventuelle erreur. Certaines colles prennent ceci en compte et leur séchage se fait en deux temps : la prise, étape pendant laquelle on peut ajuster son travail, et le collage lui même. La plupart des colles permettent de démonter les pièces assemblées, même après des années, avec un solvant ou de l’eau bouillante. Des produits spéciaux, en revanche, forment un lien plus solide que le bois lui même.

Les différentes colle à bois

Les produits adhésifs destinés au bois sont nombreux : de la colle PVAc (polycétate de vinyle), la « colle blanche » que nous connaissons tous, aux cyanoacrylates ou « super glues », le choix est varié.

La colle PVAc est la plus utilisée, car flexible et non toxique. Elle devient transparente et caoutchouteuse après séchage. Pour les collages qui doivent supporter des conditions météorologiques humides et froides, on utilise des résines epoxy composées de deux produits.

Une note de sécurité : certaines colles contiennent des solvants qui peuvent dégager des vapeurs toxiques. Lisez toujours attentivement les instructions du fabricant avant de commencer à travailler.

Ces conseils vous ont été utiles ? Découvrez-en d’autres sur notre fan page !

Voir plus de conseils