Vous réfléchissez à passer à l’énergie durable ? L’installation d’une pompe à chaleur permet d’économiser entre 40 et 60% sur votre facture de chauffage, mais en combien de temps rentabiliserez vous les travaux de chauffage ? Lisez la suite de cet article pour obtenir quelques éléments de réponse.

Quelles sont les dépenses liées à l’installation d’une pompe à chaleur ?

En fonction du type de pompe, de sa puissance et de la surface à chauffer, il faut compter un investissement matériel allant de 6000 à 20,000 euros TTC.

Dans le cas d’une pompe à eau (eau air ou eau eau) il faut également être équipé des moyens de chauffage adéquats. En effet, les radiateurs de chauffage central ne fonctionnent qu’avec une eau d’une température d’environ 80 °C, alors que les pompes produisent de l’eau à 50 °C. Le cas échéant, il faut donc inclure la pose d’un sol chauffant ou de radiateurs basse température.

En outre, il ne faut pas oublier les dépenses annexes liées au prestataire pour l’installation d’une pompe à chaleur. En plus des frais d’installation d’une pompe à chaleur (car elle ne sera installée sans risque que par un professionnel agréé), il est prudent de souscrire à une formule type contrat de maintenance. L’installateur devra également fournir une garantie et assurer le service après vente.

Les avantages fiscaux liés à l’installation d’une pompe à chaleur

Si votre installation est assurée par un professionnel qui utilise du matériel répondant aux normes, vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt de 25% avec un plafond de 8000 euros (pour une personne seule) ou de 16000 euros (pour un couple). A cette somme s’ajoutent 400 euros par enfant à charge. Le crédit s’applique à l’achat du matériel, à la main d’œuvre ainsi qu’à un éventuel forage.

Voir plus de conseils