Les maisons vertes, l’habitat passif, l’autonomie énergétique : autant de mots et de concepts de plus en plus présents dans les conversations des propriétaires. Si vous envisagez des travaux de construction à plus ou moins long terme, vous voudrez peut être vous poser la question de la maison verte. Voyons ensemble ce qu’il est possible de faire chez soi.

La maison verte bioclimatique

On appelle maison verte bioclimatique un logement qui tire le meilleur parti du terrain et de l’environnement dans lequel il est construit. Il s’agit de faire preuve de bon sens et, grâce à des idées simples, de réaliser des économies d’énergie journalières. Ainsi, les fenêtres sont orientées pour profiter d’un maximum d’ensoleillement, selon le principe du chauffage solaire passif. L’inertie thermique est bien entendu étudiée pour que l’ensemble de la maison profite de son orientation.

Le logement tire également avantage de l’utilisation de la couverture végétale, comme la vigne vierge sur les murs ou sur des tonnelles. Une toiture de maison verte, c’est à dire végétalisée, est également envisageable.

La maison verte HQE, ou Haute Qualité Environnementale

HQE est une marque commerciale crée en France et reconnue d’utilité publique depuis 2004. Elle rassemble une somme d’objectifs à atteindre pendant la construction d’un logement. Ces objectifs, au nombre de quatorze, sont classés en quatre catégories : éco construction, éco gestion, confort du quotidien et santé. Pour obtenir le label HQE, une maison doit atteindre trois, cinq ou sept des objectifs.

Voir plus de conseils