Les fenêtres sont souvent des ponts thermiques qui conduisent à des pertes d’énergie importantes et à une hausse du budget de chauffage de votre ménage. Il est donc important de demander à l’artisan vitrier que l’on consulte, comment maximiser l’efficacité énergétique de ses fenêtres. Quelques éléments de réponse autour de l’isolation thermique du verre.

Isolation thermique du verre : un peu de théorie

On estime la résistance thermique du verre grâce au coefficient de transmission thermique U. Il se calcule pour le vitrage lui-même mais tient aussi compte de la fenêtre. Plus le coefficient U est faible, mieux la fenêtre résistera aux déperditions de chaleur.

La norme européenne ISO 10292 de 1994 gouverne les calculs de ce coefficient.

Quel verre pour quelle isolation thermique ?

En matière d’isolation thermique du verre, plus on en a, mieux on se porte.

Les doubles vitrages sont le minimum vital et, même si les prix augmentent et la luminosité baisse, il est recommandé de regarder du côté des triples ou quadruples vitrages.

Des innovations comme les intercalaires en acier calorifique peuvent réduire de plus de moitié le pont thermique dans le cadre de la fenêtre.

Les films métalliques invisibles ont également prouvé leur efficacité. Ils réfléchissent la chaleur vers l’intérieur et, pendant les chaleurs estivales, l’empêchent d’entrer.

Vous aimerez aussi :

Isolation acoustique du verre

 Voir plus de conseils