Nid à poussière, dépassée, « has been », allergène, parfois accusée d’insalubrité, la moquette a traversé une période difficile depuis les années 70, époque où elle était tellement omniprésente qu’on la trouvait même sur les murs ! De nos jours, bien des avancées ont été faites dans le domaine et, quand on pense à entreprendre une rénovation intérieure, on devrait se poser la question de la moquette. Rapide tour d’horizon.

Les types de moquette disponibles dans les magasins

La moquette synthétique est l’ancêtre de toutes les moquettes et c’est elle qui est à la base de sa mauvaise réputation. Dérivée de procédés industriels, elle est encore utilisée car bon marché. En outre, surtout dans le cas des fibres polyamides, elle peut être composée de matériaux recyclés.

La moquette en laine est connue pour son toucher agréable et sa provenance naturelle. Même mélangée à des fibres de nylon, elle reste un choix privilégié des propriétaires. Elle peut cependant se révéler onéreuse, surtout si on opte pour de la pure laine vierge.

Enfin, la moquette en fibres naturelles est la dernière venue et sans doute la plus écologique du lot. Elle provient de végétaux divers comme le jonc de mer ou le cocotier. Disponibles dans des coloris moins variés, ces moquettes représentent une part de marché de plus en plus importante.

Allergie et moquettes : mythe ou réalité ?

Contrairement à la croyance populaire, les habitants de logements moquettés tendent à être moins sujets aux allergies respiratoires. Qui plus est, les acariens, souvent pointés du doigt, sont plus rares dans la moquette que dans d’autres parties de la maison.

Voir plus de conseils