Les trois quarts des cambriolages se font via la porte d’entrée. Les études montrent qu’il suffit qu’une porte retarde les intrus quelques minutes pour que ceux ci abandonnent. Aussi est il important de bien peser le « pour » et le « contre » de chaque option de sécurité, notamment sur les portes blindées.

La certification des portes blindées

Les portes blindées, ou portes d’entrée anti effraction doivent être certifiées. Toutes les portes vendues dans le commerce et installées par des artisans serruriers sont ainsi dotés d’un label par le Centre National de la Prévention et de la Protection (CNPP).

Cette certification se divise en trois niveaux : BP1, BP2 et BP3 – ce dernier étant le niveau de résistance supérieur. Il est à noter que la certification porte également sur le type de serrure dont la porte est équipée.

Les blocs portes blindés

Même si certains marchands se contentent de proposer des portes en bois doublées d’une plaque en métal, il ne s’agit pas là de véritables portes blindées.

Un bloc porte est une porte constituée d’un battant et d’un dormant solidaires. Cette mesure empêche que les cambrioleurs se contentent de dégonder la porte pour entrer chez leur victime.

Les points de fermeture d’un bloc porte sont démultipliés : 3, 5 ou 7 dans le meilleur des cas. Ceux ci peuvent être placés uniquement sur les côtés ou, pour une sécurité renforcée, également en haut et en bas.

Vous souhaitez installer une porte blindée ? Demandez vos devis gratuitement !

Voir plus de conseils