Dans les maisons individuelles, la plupart des charpentes sont réalisées en bois. Ce n’est pas par hasard si les techniques des artisans charpentiers sont utilisées depuis des générations. Le bois est un matériau vivant et noble, idéal pour résister au poids du toit et évoluer en fonction des conditions extérieures.

Les charpentes traditionnelles

Héritée de nos pères et des pères de nos pères, la charpente traditionnelle est composée de fermes porteuses qui supportent le toit. Le principal avantage de la charpente traditionnelle est le fait que les combles peuvent être aménagés.

En revanche, ce type de charpente entraîne des coûts supérieurs. L’isolation est proportionnellement plus onéreuse, et il faut également prévoir un budget pour le plancher des combles.

Les charpentes à fermettes

La charpente industrielle, ou charpente à fermettes, est construite selon un procédé qui a traversé l’Atlantique vers l’Europe dans les années 1950. Les fermes et les fermettes, qui s’appuient sur les poutres, sont maintenues en place par un système de connecteurs métalliques facile à installer. Les charpentes à fermettes offrent des avantages non négligeables tels qu’une grande rapidité de pose et un coût relativement faible.

L’inconvénient majeur d’une charpente de ce type est l’espace qu’elle occupe. Par conséquent, il est impossible d’aménager les combles, qu’on décrit alors comme « perdus ». Seuls des travaux majeurs comme la surélévation peuvent permettre de récupérer cette place. Les combles étant condamnés, ils sont en revanche faciles à isoler.

Voir plus de conseils