Quand les travaux de gros œuvre sont en voie d’être finalisés, il est temps de penser aux aménagements intérieurs. La pose d’un faux plafond en plaques de plâtre fait partie de ces travaux.

Outillages et matériaux utilisés

Le premier matériau qu’il faut se procurer tombe sous le sens : des plaques de plâtre en nombre suffisant. Celles-ci seront maintenues par des rails et des supports. Les joints seront réalisés avec un enduit ou avec des bandes de tissu.

L’outillage utilisé par l’artisan plaquiste comprend : un mètre ruban et une équerre, une scie égoïne, un marteau, une perceuse visseuse électrique, un niveau à bulle et un élévateur de plaques.

La pose du plafond en plaques de plâtre

Après avoir placé des repères le long du mur, il est temps de monter les suspensions. Leur type dépend du type de plafond originel. Si vous disposez de poutres apparentes – ou si vous voulez faire poser un bâti en bois – il est très facile pour le plaquiste de visser des tiges filetées aux équerres. Les rails seront alors installés sur ces tiges.

Si votre plafond est plâtré, votre expert travaux devra effectuer des trous jusqu’à trouver les solives. Ensuite, il sera possible de fixer les suspentes dans le bois.

Dans le cas d’un plafond en béton, il aura besoin de matériel spécifique à ce matériau : des chevilles spéciales, des suspentes avec un système à bascule, etc.

La pose se fait à la visseuse électrique. L’artisan plaquiste prendra soin de commencer dans un angle et vérifiera régulièrement son alignement. Il découpera les plaques dans les angles et sur les bords.

Pour finir, il ne lui restera plus qu’à faire les joints et à dissimuler les clous !

Besoin d’un devis de plaquiste pour vos travaux ?

Vous aimerez aussi : Bien penser l’isolation des plafonds

Voir plus de conseils