Rénover son intérieur, c’est bien, procéder à un ravalement de sa façade, c’est mieux. D’abord parce qu’elle est l’élément le plus visible de la maison, ensuite parce que c’est la structure protectrice de l’habitat, qui abrite ses occupants en les préservant des intempéries et des agressions extérieures. Mais attention, on ne procède pas à un ravalement de sa façade comme on change ses meubles : les règles d’urbanisme sont strictes et les contraintes nombreuses.

L’extérieur de sa résidence est la première impression qu’on s’en fait, parfois la raison qui nous a poussés à l’acquérir, surtout la caractéristique qui la distingue des autres. Mais c’est aussi la proie du temps.

Ses défenses se détériorent face au travail insidieux de la poussière, la pollution, l’humidité et la chaleur et, sans y prendre garde, on se retrouve avec des fissures, une peinture qui s’écaille, voire une paroi qui tombe en morceaux. Pour éviter le risque de devoir remplacer des pans de murs entiers, mieux vaut s’y prendre tôt et choisir méticuleusement l’entreprise en charge du projet.

Quelles sont les règles d’or pour un ravalement de sa façade ?

Règle n°1

Renseignez-vous auprès de la mairie des caractéristiques urbanistiques de votre zone d’habitat (matériaux autorisés, couleurs appropriées, etc.). En effet, tout ce qui concerne l’apparence d’un bâtiment dépend d’une ligne esthétique différente selon la commune, et toute modification de façade est sujette à une autorisation préalable. Parfois même, un permis de construire est nécessaire pour un ravalement de sa façade.

Règle n°2

En cas de demeure ancienne, demandez l’avis de l’architecte des Bâtiments de France, qui a certainement son mot à dire.

Vous ne pourrez peut-être pas modifier le matériau de départ ou effectuer des travaux d’importance. Même le choix du coloris n’est pas anodin et peut vous être refusé.

Règle n°3

Ne prenez pas à la lettre l’avis d’amis ayant également ravalé leur façade : chaque construction est unique et pose des problèmes différents.

Règle n°4

Fiez-vous à l’avis de professionnels. Si plusieurs entreprises refusent un projet ou vous affirment qu’il est infaisable, il est possible qu’il faille le remettre en question.

Règle n°5

Enfin, assurez-vous que le peintre et/ou maçon utilise bien des produits estampillés au minimum NF (norme française), CE (Communauté européenne) au mieux. De même, vérifiez que la matière employée corresponde bien à votre type de façade : cette information doit être stipulée sur l’emballage.

Voir plus de conseils