Les traces blanches que l’on découvre sur la base des murs portent le nom de salpêtre. Le salpêtre est à l’origine de plusieurs maux dans la maison : il fait pourrir le bois, endommage la pierre et décolle le plâtre. Ces désagréments peuvent vite se multiplier et, pour s’éviter des travaux de réfection, il faut savoir comment le détecter et le traiter.

Le salpêtre : définition et causes d’apparition

Littéralement « sel de la pierre », le salpêtre est en réalité du nitrate de potassium. Aussi appelé nitre, il est la conséquence de l’évaporation de l’eau chargée de nitrates provenant des fondations, qui s’évapore suite à des remontées capillaires. Il est parfois aussi le résultat de l’action de bactéries se nourrissant d’ammoniac et de carbonate de potassium.

Le salpêtre a l’apparence de fibres blanches ressemblant à des poils.

Protéger ses murs du salpêtre

Comme dans toutes les infestations conséquentes à la présence d’humidité dans la maison, il faut commencer par assécher les lieux. On doit d’abord découvrir les causes de l’humidité, y remédier, puis enfin éliminer le salpêtre.

Dans le cas des remontées capillaires, on peut soit drainer le terrain, installer une membrane ou procéder à des injections dans les murs. Ce n’est qu’en consultant un spécialiste en humidité que vous saurez quelle est la meilleur méthode.

Ensuite, il faut assainir les murs en retirant les parties contaminées. Les plâtres et les enduits éliminés ne seront remplacés qu’après un séchage complet des murs, ce qui peut prendre des semaines, voire des mois. Avant de procéder, on prendra soin d’appliquer un produit anti salpêtre pour s’éviter une nouvelle invasion.

Voir plus de conseils