Qu’appelle-t-on gros œuvre, clos couvert, hors d’eau hors d’air, second œuvre ?

Conseils et idées

Qu’appelle-t-on gros œuvre, clos couvert, hors d’eau hors d’air, second œuvre ?

Dans le cadre d’une construction ou de travaux de rénovation, on distingue généralement le gros œuvre et le second œuvre. On entend également souvent parler de clos-couvert, hors d’eau, hors d’air… Quelles différences entre ces termes ? Revue de détails.

Le gros œuvre

L’appellation gros œuvre désigne l’ensemble des éléments qui concourt à la solidité et la stabilité d’un bâtiment. Il s’agit notamment des fondations, des murs porteurs, des poteaux et poutres, des planchers entre les étages, etc…

Le gros-œuvre constitue l’ossature ou encore la structure d’un bâtiment. Cette structure doit être capable de supporter le bâtiment dans son ensemble (répartition et reprise des efforts, poids de l’édifice). On parle alors de contraintes structurelles (effort d’écrasement, effort fléchissant, effort d’arrachement, etc…). Le gros-œuvre doit également résister aux efforts ponctuels que le bâtiment va être amené à subir lors des intempéries (poids de la neige sur un toit, vent fort, etc…).

Dans le temps, le gros œuvre est également soumis à l’usure du temps (corrosion des pierres constructives notamment).

Bon à savoir :

Pour certains professionnels, la charpente et la toiture font partie intégrante du gros-œuvre. Pour d’autres, le gros-œuvre s’arrête aux structures porteuses hors toiture.

L’assainissement fait partie du gros-œuvre. Il comprend l’évacuation des eaux pluviales, des eaux de drainage et des eaux usées. A l’inverse, tous les travaux préliminaires comme l’étude de sol ou encore le terrassement, ne font pas partie du gros-œuvre.

 

Traditionnellement en architecture, le gros-œuvre est subdivisé en deux parties distinctes mais liées :

  • la partie enterrée (hors fondation) appelée infrastructure ou soubassement,
  • et la partie hors-sol appelée superstructure ou élévation.

Pour être solide et stable, le gros œuvre doit être rigide. La rigidité est obtenue par la mise en œuvre d’éléments verticaux (poteaux béton ou métal, murs bétons, etc…) et horizontaux (poutres, dalles planchers, etc…).

Selon les constructions, l’ossature est le plus souvent en béton armé et en parpaings, mais peut aussi être réalisée en bois, en brique, en terre cuite, etc…

Le gros œuvre débute quand les fondations sont achevées. Puis, se termine après la pose de la toiture et des menuiseries extérieures. Le bâtiment ainsi obtenu est dit hors d’eau, hors d’air, ou encore clos-couvert.

Bon à savoir :

Le gros-œuvre est au cœur de la garantie décennale. En effet, cette garantie couvre les dommages qui compromettent la solidité de l’ouvrage ou le rendre impropre à son usage de par l’affectation d’un de ses éléments constitutifs ou d’équipement (fissures, défaut d’étanchéité, etc…). Les dommages couverts par la garantie décennale peuvent concerner la toiture, la charpente, les murs, hors portes et fenêtres.

 

Une fois que le gros œuvre est achevé, débute le second œuvre.

Construction maisons- illiCO travaux

Le second œuvre

Le second œuvre désigne par définition tout ce qui ne relève pas du gros-œuvre, et donc tout ce qui ne concourt pas directement à la solidité et à la stabilité d’un bâtiment.

Font notamment partie du second œuvre :

  • Tout d’abord, les éléments participants à la protection et l’isolation de la construction : il s’agit là des bardages, des enduits extérieurs, de l’isolation thermique de la toiture, des murs et des sols, de l’isolation phonique, etc…
  • Puis, les éléments participants à l’aménagement et l’équipement intérieurs : il s’agit là de l’élévation des cloisons, la création de plafond non porteur, la pose des menuiseries intérieures comme les portes et les escaliers, une mezzanine, l’installation des circuits électriques et la plomberie,
  • Mais aussi, les éléments participants au chauffage et la climatisation : il s’agit là de l’installation d’une chaudière, la création d’une cheminée, la pose d’un poêle, d’un chauffe-eau, la mise en place d’un système de VMC, etc…
  • Et enfin, les éléments participants à l’esthétique intérieure : il s’agit là des plâtres, des peintures de finition, des enduits intérieurs, des revêtements de sol (carrelages, parquets, etc…), de la faïence dans la salle de bains, la cuisine, etc…

Le second œuvre s’achève par le procès-verbal de réception des travaux et la remise des clés.

Bon à savoir :

Le second œuvre est couvert par l’assurance de parfait achèvement (canalisations, tuyauteries, revêtements, portes et fenêtres). Et également, par la garantie biennale (vices cachés affectant les éléments d’équipements qui peuvent être enlevés sans dégrader le bâti comme les portes, les volets, le ballon d’eau chaude, etc…).

IlliCO travaux vous recommande aussi ...



Un projet travaux ? Demandez vos devis !

illiCO travaux s'engage à vous contacter sous 24h.

Sélectionnez vos travaux * Plusieurs choix possibles

Êtes-vous propriétaire ?
Pour quel type d’habitation ?
Pour quel type de résidence ?

* Champs obligatoires