Les types de toitures

Conseils et idées

Les types de toitures

Tuiles, ardoises, zinc… les choix ne manquent pas quand il s’agit de demander son devis toiture. Or, il est important de bien prendre tous les aspects en considération : impact visuel, étanchéité et humidité, impact écologique et bien sûr, prix. Alors quel matériau, quels types de toitures choisir ?

Contraintes au niveau du choix des types de toitures

Attention cependant : toutes les communes ne vous laisseront pas choisir la toiture la plus économique ou celle qui vous plaît le plus. Afin de respecter l’harmonie de votre quartier et les traditions de la région, veillez bien à consulter le plan local d’urbanisme de votre ville ou village.

Tour d’horizon sur les différentes possibilités de toiture :

Les divers types de toitures

Fabriquée à base de terre cuite, la tuile est la couverture la plus utilisée en France. Presque trois quarts des bâtiments en sont couverts. Elle se trouve en formes et en teintes variées.

Provenant de carrières ou en version synthétique, l’ardoise est connue pour ses qualités esthétiques et sa résistance aux ravages du temps.

Le zinc se pose relativement facilement et a l’avantage d’être particulièrement léger, est en phase d’expansion à travers l’Europe. Il est recyclable et donc très écologique.

Pour qui a la maîtrise de son architecture, il existe d’autres options de toitures, comme le toit en terrasse, la toiture « verte », les tuiles de verre ou les panneaux solaires.

Le zinc, la toiture des beaux quartiers

Noble et élégant, le zinc est un matériau moderne, qui a l’avantage d’être tout à la fois léger, isolant, recyclable, malléable et sans entretien, pour vos travaux de rénovation de toiture. Le bonus : il s’adapte à toutes les pentes de 5% à la verticale !


Le zinc, un matériau noble


Le zinc est un métal noble utilisé depuis l’antiquité en alliage avec le cuivre. En version pure, il a longtemps été utilisé pour protéger le fer de la corrosion par le galvanisation. Importé d’Inde, de Chine et de Sibérie, le zinc a connu à partir des années 1800, un vrai regain d’attention en France. Il est en effet parmi les matériaux fétiches des grands monuments parisiens. Et coiffe également, la plupart des beaux immeubles construits sous l’impulsion du « nouveau Paris » du Baron Haussmann. Un temps cantonné à la fabrication de gouttière, le zinc est depuis quelques décennies de retour dans le clan fermé des matériaux de couverture à valeur ajoutée.

On le trouve aujourd’hui dans une large gamme de couleurs (bleu gris, vert, rouge, gris clair, gris foncé, noir). Et aussi, en trois principales finitions : satiné, brillant ou mat.

Les avantages du zinc en toiture

Le zinc en tant que matériau de couverture cumule les avantages :

      • Léger, il se prête parfaitement à la couverture des surélévations de bâtiments puisqu’il ne rajoute que peu de poids au nouvel étage.
      • Malléable, il peut épouser toutes les formes de toiture, même complexes : angle droit, pan coupé, formes convexes ou concaves, courbure simple ou double, arrondi.
      • Naturel, le zinc est un métal 100% recyclable.
      • Le zinc se marie avec toutes sortes de matériaux pour un rendu moderne ou ancien (briques, parpaings, verre, béton, bois, etc…).
      • Le zinc a une longévité de près de 100 ans sans entretien. Naturellement avec l’âge, il s’oxyde en surface et repousse les mousses et autres champignons.
      • Le zinc est un bon isolant phonique et thermique.
      • Le zinc s’adapte à toutes les pentes de toiture : du toit plat à 5% au bardage à la verticale.

le zinc matériau noble et moderne

Les inconvénients du zinc en toiture

Au négatif, le zinc est un matériau assez cher à l’achat. Il faut compter entre 70 et 150€ le m² posé selon la complexité de la pose (toit courbe par exemple, chiens assis, etc…) et la qualité du zinc employée.

Assez complexe à mettre en œuvre, il nécessite obligatoirement le recours à un professionnel.

Le zinc en rénovation

Le zinc se prête à la rénovation et à la construction d’extension, notamment en surélévation. Malléable et léger, il est pérenne et peut facilement remplacer une toiture abîmée sans avoir à modifier la charpente.


 

La terre cuite, le matériau roi des toitures


Utilisée depuis des siècles pour couvrir les maisons, la tuile en terre cuite se décline en de nombreux modèles et couleurs. Vous souhaitez rénover votre toiture ? Quels sont les avantages et les inconvénients de ce matériau de couverture ? Quelques éléments de réponse.

La terre cuite, une grande histoire

Utilisée dans tout le bassin méditerranéen depuis 500 ans avant J.C, la tuile canal a été importée chez nous en France par les Romains. Elle y est alors en concurrence avec la tuile plate, utilisée par les Gaulois. Au fil des siècles, ces deux formes de tuiles cohabitent sur le territoire français. La tuile canal restera plus utilisée traditionnellement au sud de la Loire et la tuile plate au nord. Selon les régions, de nouvelles formes vont apparaître parmi lesquelles la tuile à emboîtement plus résistante aux vents, la GR13, la tuile de Beauvais, etc…

Aujourd’hui, la tuile terre cuite, est fabriquée comme elle l’était il y a des siècles.

Composées d’argile, les tuiles en terre cuite sont modelées dans des moules, séchées puis cuites à 1000°C. Selon la forme du moule, les tuiles seront bombées ou plates. Elles reçoivent des finitions qui peuvent être divers en termes de coloris notamment.

Bon à savoir : Les tuiles en argile sont parfois remplacées par des tuiles en béton qui ont l’aspect (forme et couleur) de l’argile mais qui sont fabriquées en béton.

terre cuite - tuiles de couleurs

Les avantages de la tuile en terre cuite

      • La tuile terre cuite se décline en de nombreuses formes (250 modèles) et plus de 400 couleurs (blanc, noir, gris, bleu, vert, ocre, rouge, flammé, rose, etc…), ce qui permet de créer une multitude de variantes pour une maison design ou plus traditionnelle. À cela s’ajoutent de nouvelles finitions (aspects brillants ou métalliques).
      • La tuile terre cuite est issue de l’argile qui est une ressource naturelle abondante et également renouvelable. Matière inerte, la terre cuite ne dégage aucuns composés organiques volatils (COV).
      • La tuile terre cuite est 100% recyclable.
      • Facile à installer, la tuile terre cuite est solide. On peut marcher dessus pour procéder à l’entretien ou la réparation.
      • Elle affiche une longévité record avec une durée de vie de plus de 100 ans.
      • La tuile est de petite taille ce qui permet en cas de casse de ne changer qu’une une deux tuiles sans avoir à tout refaire le toit.
      • La tuile terre cuite est de coût abordable : entre 15 et 75 € le m² selon les modèles.

Les inconvénients de la tuile en terre cuite

La tuile terre cuite n’a qu’un véritable inconvénient : elle est lourde (2,5kg au minimum par tuile). La charpente qui les soutient doit donc être solide. L’autre inconvénient : la pente du toit ne doit pas être trop importante (entre 20 et 25%).

La terre cuite en rénovation

Les tuiles de terre cuite sont souvent utilisées en rénovation pour couvrir des toitures abîmées par le temps. Démontables facilement et réutilisables, les tuiles en terre cuite peuvent être conservées en cas de changement de charpente. Pour les vieilles bâtisses, le plus compliqué est de retrouver des tuiles identiques à l’originale pour remplacées quelques tuiles cassées. Ceci étant, compliqué ne veut pas dire infaisable ! Pour conserver le cachet d’un toit de tuiles anciennes, il faut être patient et attendre la bonne occasion pour en racheter d’occasion.


 

L’acier, un bon compromis en toiture


Longtemps cantonné à la couverture des annexes via la tôle ondulée, l’acier s’invite aujourd’hui de plus en plus souvent sur les maisons modernes à faible pente en version « bac acier », pour des travaux de rénovation de toiture.

Le bac acier en U, le renouveau de l’acier en toiture

La tôle ondulée d’hier n’est plus ! Aujourd’hui, une nouvelle forme est à l’honneur pour l’acier : le bac en U. Il se présente sous la forme d’un U qui vient s’assembler les uns avec les autres pour former un toit homogène et étanche.

Le bac acier se décline en de nombreuses couleurs (rouge, vert, noir, brun, gris, blanc, etc…). Et aussi, de nombreuses finitions de traitement pour le rendre inoxydable (galvanisé, zingué, laqué).

En terme de taille, les bacs aciers sont commercialisés en plusieurs dimensions jusqu’à 8 m de long, de 0,6 à 1,10 m de large, mais aussi plusieurs épaisseurs. Selon les besoins, les bacs acier peuvent être droits ou cintrés.

Les avantages du bac acier en toiture

Les bacs acier ont de nombreux atouts à faire valoir parmi lesquels :

      • un poids plume : une plaque de bac acier pèse environ 5 kg ce qui permet de les installer sur des charpentes légères,
      • une durée de vie très longue (100 ans),
      • une bonne solidité et une bonne étanchéité,
      • une vraie facilité de pose : les plaques sont conçues pour s’assembler entre-elles simplement, la découpe selon les besoins est simple. Les bacs commercialisés étant de grandes dimensions, les travaux de pose sont assez rapides,
      • une résistance aux champignons et aux mousses,
      • un coût au m² attractif : il faut compter de 20 à 40 € le mètre carré selon le modèle.

l'acier pour vos toitures

Les inconvénients du bac acier en toiture

Au négatif, le bac acier ne peut être installé sur tous les toits. La pente doit être comprise entre 5 et 15 %. Sensible à la pollution et à la corrosion, le bac acier doit impérativement être traité pour durer. Autres inconvénients majeurs : le bac acier affiche un pouvoir isolant quasi nul. Chaleur et froid traversent l’acier, ce qui oblige à renforcer l’isolation. Quand il pleut, le bac acier est également très bruyant. Étanche et non respirant, le bac acier doit obligatoirement être associé à un système de ventilation performant sous peine de voir de la condensation se former.

Attention : Malgré ses multiples couleurs et pour certains de ses modèles, ses talents d’imitation de la tuile, le bac acier reste assez inesthétique. Bon nombre de communes interdisent sont utilisation. Avant de tout miser sur ce matériau, il est donc nécessaire de se rapprocher de votre mairie.

Le bac acier en rénovation

Le bac acier peut être utilisé en rénovation pour couvrir des toits de faibles pentes à la place de tuiles en terre cuite par exemple. Enfin, l’ajout d’un système de ventilation et d’un système d’isolation adéquats seront nécessaires si l’installation est prévue pour chapeauter des combles habitables.


 

Toit végétalisé : avantages et inconvénients


Un toit végétalisé présente de nombreux avantages. Qu’on ait un toit en terrasse ou en pente, c’est un projet qui peut se réaliser pour la plus grande partie sans l’aide d’un artisan couvreur.

Les « plus » d’un toit végétalisé

Connu depuis l’Antiquité dans certaines régions de Scandinavie et d’Amérique, le toit végétalisé a une liste d’avantages longue comme le bras.

      • Il protège le toit contre les intempéries et les variations de température.
      • Il a un important pouvoir d’isolation thermique d’une part ;
      • Et les sons extérieurs sont également filtrés par un toit vert d’autre part.
      • Un toit vivant est beaucoup moins susceptible aux incendies.
      • Il contribue à améliorer la qualité de l’air.
      • Il peut filtrer les eaux de pluie qui serviront ensuite dans la maison.
      • Une toiture vivante embellit le cadre urbain et intègre la maison dans le paysage en milieu rural.

toit végétal

Les « moins » d’un toit végétalisé

Comme pour tous les projets de travaux de toiture, rien n’est possible sans l’autorisation de la municipalité. Vérifiez bien que vous êtes dans votre droit avant de commencer à installer votre toit végétalisé.

La mise en œuvre peut se révéler compliquée. Il existe des solutions prêtes à poser, mais même celles ci ne sont pas toujours évidentes. L’installation d’un toit vert mêle après tout deux concepts opposés : l’étanchéité et l’irrigation ! Il convient d’être bien préparé avant de se lancer.

Poser un toit végétal est un projet plus complexe que la moyenne des travaux de couverture. La préparation et les recherches revêtent ici une importance toute particulière.

Consulter un artisan couvreur pour son projet de toit végétal

S’il y a une étape pour laquelle il vous sera nécessaire de recourir aux services d’un artisan couvreur, c’est celle de la vérification de la charge. En effet, le poids de la terre et des végétaux que vous poserez sur votre toit peut être susceptible d’endommager votre charpente. Par la même occasion, faites vérifier l’étanchéité du toit pour ne pas être forcé de faire des réparations plus tard.

Les précautions à prendre avant d’installer son toit vert

Dans le cas d’un toit en pente, il faut prévoir d’installer une structure en treillis qui retiendra le sol. Si la pente est inférieure à 25 degrés, cela n’est généralement pas nécessaire.

D’autres facteurs importants sont à considérer pour un toit végétal : l’ensoleillement, la pluviométrie de sa région, les vents dominants, le moyen d’accéder au toit pendant et après les travaux, etc.

Mais avant de consulter un artisan couvreur pour déterminer la capacité de son toit à supporter le sol nécessaire à la culture d’un toit végétal, il faut réfléchir à quel type de plantation on s’engage.

Toit végétal : la plantation extensive et semi extensive

La plantation extensive est de loin la plus simple à mettre en œuvre. Elle ne nécessite qu’une faible épaisseur de sol et peut donc se poser sur une charpente à pente importante et dont la résistance n’est pas particulièrement grande. Ce type de plantation ne permet de faire vivre qu’une variété limitée de végétaux (mousses, herbes, etc.).

La plantation semi extensive ressemble en tous points à la précédente, mais elle intègre un système d’irrigation destiné à sustenter des plantes plus gourmandes en eau. Il est situé sous la couche de géotextile et ne provoque donc aucune évaporation, ce qui le rend relativement économique.

Toit végétal : la plantation intensive

La plantation intensive demande une charpente solide, car elle requiert de poser une épaisseur de sol pouvant mesurer jusqu’à 60 cm. Elle est le plus souvent réalisée sur les toitures plates. Correctement irrigué, un tel toit peut devenir un véritable jardin suspendu.

Ça y est, vous être prêt. La décision d’installer une toiture végétalisée en plantation extensive a été mûrement réfléchie sous tous les angles et vous allez vous lancer dans les travaux de couverture. Lisez ci dessous les étapes par lesquelles il est nécessaire de passer.

Matériel nécessaire pour installer un toit végétal simple

Si votre toit est en pente :

      • Des longueurs de madrier traité sous pression, en nombre suffisant pour créer un treillis qui retiendra le sol sur votre toit
      • Des équerres métalliques pour fixer les madriers
      • Une bâche étanche type bâche plastique, goudronnée ou caoutchouc pour bassin
      • Du géotextile
      • Une visseuse électrique
      • Un mètre ruban

Les étapes de la construction d’un toit végétal

1. Il est important d’être certain que votre toit supportera la charge du sol que vous installez. N’hésitez pas à demander l’avis d’un artisan couvreur.

2. Posez ensuite une bâche, en PVC ou en caoutchouc, pour garantir l’étanchéité du toit.

3. Installez le treillis si nécessaire. Il maintiendra la bâche autant que le sol.

4. Une ou plusieurs couches de géotextile seront nécessaire pour empêcher les racines de percer la bâche avec le temps.

5. Posez votre couche de sol. Vous aurez besoin d’un mélange correspondant à votre choix de plantes. Dans tous les cas, il comprendra un ingrédient minéral (sable ou gravier), un ingrédient organique (mousse ou écorce) et un composant destiné à retenir l’humidité.

6. Enfin, semez les plantes que vous avez sélectionnées – soit sous forme de graines, soit sous forme de pousses pour un résultat plus rapide. Le plus souvent, il s’agira de plantes vivaces et locales, afin de minimiser l’entretien et de garantir la bonne tenue de votre toiture verte.


 

Pourquoi choisir une toiture en ardoise


Comme pour beaucoup d’aspects pendant les travaux de construction ou de rénovation d’une maison, le choix d’une toiture n’est pas toujours évident. Une toiture en ardoise est une option traditionnelle qui est toujours autant en vogue aujourd’hui qu’il y a mille ans.

Toiture en ardoise naturelle ou synthétique ?

Comme tous les matériaux de construction, les ardoises existent en de très nombreuses tailles et formes. En outre, vous aurez le choix entre des ardoises naturelles, taillées à partir du matériau extrait dans une carrière, et des ardoises synthétiques. Celles ci, évidemment moins onéreuses, sont fabriquées à partir de fibres végétales et de matériaux d’origine minérale comme le ciment.

Si on opte pour les ardoises naturelles, la provenance est un facteur à considérer. Toutes les régions du monde ne produisent pas de la pierre de la même qualité. En outre, l’empreinte carbone d’un chargement d’ardoises en provenance de Chine par exemple peut être très importante.

Toiture en ardoise recyclée, une solution à envisager

Une troisième option, souvent très intéressante d’un point de vue financier comme d’un point de vue écologique, est l’ardoise de récupération. En fonction de sa région, il n’est pas toujours facile de trouver des lots d’ardoises recyclées, mais l’effort de recherche peut en valoir la chandelle.

L’ardoise est un matériau traditionnel qui allie une esthétique architecturale sans âge à une résistance et une durabilité rarement égalées. Mais est ce qu’il représente bien le choix adéquat pour votre maison ? Avant de vous décider et de contacter un artisan couvreur, il est important de bien connaître les avantages et les inconvénients des toiture en ardoise.

Les avantages d’une toiture en ardoise

Matériau naturel anobli par des siècles, voire des milliers d’années d’usage, l’ardoise est une roche métamorphique qui appartient à la famille des schistes. Elle est extrêmement résistante, imperméable et imputrescible – des qualités qui lui confèrent une durée de vie pouvant atteindre plusieurs siècles. Elle peut se poser sur des toits à pente importante, et même sur des parois verticales.

Les inconvénients d’une toiture en ardoise

Le premier obstacle auquel est confronté celui ou celle qui souhaite opter pour un toit en ardoise est le prix. Étant donné le nombre d’ardoises nécessaires à la fabrication d’un toit, le coût peut vite enfler.

Les ardoises synthétiques, qui sont évidemment meilleur marché que le matériau provenant de carrières, n’ont pas une durabilité garantie. En effet, elles n’existent pas depuis suffisamment longtemps pour qu’il ait été possible de comparer leur durée de vie à celle du produit naturel.


 

Tout savoir sur la toiture-terrasse


Vous avez choisi une extension à toit plat, et souhaitez y aménager une terrasse. La toiture-terrasse est très prisée par les propriétaires souhaitant un espace extérieur complémentaire à leur terrain. Avec une terrasse en étage, vous bénéficiez d’une vue originale sur votre jardin, et pouvez y créer un cocon convivial.

Les étapes de réalisation d’une toiture-terrasse

      • Estimation technique par des professionnels du BTP
      • Choix des garde-corps
      • Choix du revêtement de sol
      • Réalisation de l’accès
      • Création de la structure porteuse (dalle de béton, par exemple)
      • Mise en place d’un pare-vapeur imperméable
      • Pose de l’isolation thermique
      • Pose du revêtement d’étanchéité
      • Décoration extérieure de la terrasse (revêtement final, meubles de jardin, etc.).

A noter : la réalisation de l’étanchéité est une phase cruciale pour la pérennité de votre terrasse. En effet, il faut impérativement une pente comprise entre 1 et 5 degrés pour assurer l’écoulement des eaux… et une étanchéité sans faille pour éviter toute infiltration ! Ce chantier est technique et demande l’intervention de professionnels aguerris.

terrasse de toit

Comment aménager votre toiture terrasse ?

Une fois la terrasse réalisée sur le toit de votre agrandissement, vous pouvez imaginer un mini-bar et un coin salon pour y accueillir famille et amis.

La toiture-terrasse peut aussi être l’occasion de créer un solarium pour se détendre ou bronzer en toute tranquillité. Et pourquoi pas un espace dédié à un spa ?

Dans le prolongement d’une chambre, la toiture-terrasse peut aussi être investi comme une terrasse intimiste, avec une petite table ronde et deux chaises, pour un petit déjeuner en tête à tête… ou pour admirer un coucher de soleil en amoureux !

Pour les finitions de votre toit-terrasse, vous pouvez envisager de poser du carrelage, un plancher en bois, ou une pierre naturelle. Tout est envisageable une fois que l’isolation et l’étanchéité du toit sont assurées.

Quel coût pour une toiture-terrasse ?

Comptez un budget à partir de 85 euros / m2 pour la création d’un toit-terrasse accessible.

Pour estimer au mieux le budget de votre chantier de toiture-terrasse, faites appel à nos experts illiCO travaux. Ils seront en mesure de vous conseiller, de vous accompagner à chaque étape pour un agrandissement de maison créé en toute sérénité.



Un projet travaux ?
Confiez-nous votre demande !

illiCO travaux s'engage à vous contacter sous 24h.

J'ai pris connaissance et accepte la politique de confidentialité d'illiCO travaux

* Champs obligatoires

Nos conseils et idées

Tous nos conseils et idées

Nos artisans Pourquoi nos artisans sont les meilleurs

Tous nos artisans
Couvreur : entre protection, esthétisme et économie

Couvreur : entre protection, esthétisme et économie

Spécialiste de la construction et de la réfection des toits. Le couvreur a pour mission de mettre les bâtiments hors d’eau. Il est également de plus en plus souvent amené à intervenir sur des problématiques d’amélioration thermique. Mais aussi d’énergies renouvelables (solaire). Que fait un couvreur ? Le couvreur réalise, répare […]

Lire la suite