Marché de la rénovation : la transition énergétique continue de progresser en France

Dossiers

Marché de la rénovation : la transition énergétique continue de progresser en France

22 août 2019

Selon une étude publiée par l’Ademe le 9 juillet dernier, le marché de l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment résidentiel progresse à marche forcée en France et continue de créer de l’emploi. Filière par filière, les derniers chiffres.

L’étude ADEME, IN NUMERI. 2018 réalisée par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (Ademe) a été dévoilée le 9 juillet dernier. Elle s’attache à évaluer « le marché lié aux efforts d’amélioration des logements résidentiels existants (hors logements sociaux). Ces efforts portent sur l’amélioration du bâti. Ainsi que sur le remplacement des systèmes thermiques (chauffage et eau chaude sanitaire) par des équipements performants. »

La rénovation énergétique, un marché de près de 28 milliards d’euros en 2017

En 2016, le marché de la rénovation énergétique représentait 26,2 Mds€ pour 189 180 emplois temps pleins. « La rénovation du bâti par l’isolation des parois, l’amélioration des ouvertures et la pose de VMC représente la majeure partie du marché (79,1 % en 2016). L’installation d’appareils de chauffage ou d’eau chaude plus performants (chaudière à condensation, chauffage au bois, solaire thermique, pompe à chaleur, appareil de régulation du chauffage) ne représentant que 20,9 % du marché. »  En 2017, ce marché  s’élève à 27,7 Mds€, en hausse de 6 % par rapport à 2016. « Entre 2016 et 2017, tous les marchés sont en hausse. La plus forte progression concerne le solaire thermique (+25,3 %), suivi des PAC domestiques et CET (+19,9 %) et les chaudières à condensation (12 %). »

Et pour les prochaines années, le marché devrait encore progressé. En effet, « dans le secteur du bâtiment, l’objectif est la massification de la rénovation énergétique des bâtiments résidentiels et tertiaires pour parvenir à une baisse de la consommation énergétique de 28 % à l’horizon 2030 par rapport à 2010, avec comme objectif intermédiaire 8 % en 2018 et 15 % en 2023. »

marché de la rénovation énergétique

Changement des ouvertures, un marché de 12,2 milliards d’euros

En 2017, avec la hausse du nombre d’ouvertures posées en rénovation et l’augmentation des prix moyens, le marché total s’élève à 12,2 milliards d’euros, soit une augmentation de 3,1 % par rapport à 2016.

« Les travaux réalisés par les entreprises représentent plus de 62 % du marché en 2016. » Parmi ces dépenses de remplacement, la part des installations de performance optimum ne cesse d’augmenter : 54% en 2017, 51 % en 2016, contre seulement 10 % en 2006.

Globalement, depuis plusieurs années, le marché lié au remplacement des ouvertures par des solutions énergétiquement plus performantes est entré dans une phase de consolidation. « La principale évolution prévisible est la poursuite de l’augmentation de la part des solutions de remplacement performantes et, en particulier, des solutions de type optimum. »

Isolation des parois opaques, un marché de 9,2 milliards d’euros

Les marchés de l’isolation des parois opaques concernent les travaux d’isolation des logements existants (isolation intérieure, isolation des toitures et des façades par l’extérieur). Après quatre années de forte croissance (+9 % en moyenne annuelle entre 2006 et 2010), le marché des travaux d’isolation marque le pas entre 2011 et 2016 (+4 % en moyenne annuelle). En 2016, un total de 1 633 190 travaux d’isolation des parois opaques ont été réalisés en France. En 2017, le marché de l’isolation des parois opaques s’élève à 9,2 milliards d’euros, en hausse de 7,5 % par rapport à 2016.

Le montant global des travaux de pose des matériaux isolants réalisés par les artisans augmente de 7,6 %, atteignant 6,9 milliards d’euros. En 2016, les dépenses d’isolation portaient sur les travaux d’isolation intérieure (32 %). Et également sur les dépenses d’isolation des façades extérieures (21 %) et d’isolation des toitures (47 %).

Les appareils de chauffage au bois, un marché de 761 millions d’euros

Depuis 2014, les ventes d’appareils de chauffage au bois sont en baisse dans la rénovation (-7,1 % entre 2015 et 2016). Cette baisse est globale. Elle concerne tous les types d’appareils :

  • -16,2 % pour les foyers fermés et inserts,
  • -3,1 % pour les poêles,
  • -11,9 % pour les chaudières,
  • et -17,2 % pour les cuisinières.

« La baisse des ventes d’appareils de chauffage au bois est à rapprocher de la baisse du prix du fioul, du gaz et de la douceur des hivers. » Du coup, en 2016, les investissements domestiques se situaient à 725 M€, en recul de 8,8 % par rapport à 2015. Le nombre d’unités vendues passe de plus de 371 560 appareils en 2014 à 301 910 appareils en 2016 (-18,7 %).

En 2016, les ventes d’appareils domestiques de chauffage au bois posés en rénovation représentent 87 % des ventes totales d’appareils de chauffage. « Malgré la baisse des ventes, le marché total augmente de 1,9 % par rapport à 2014. Avec comme conséquence une hausse de 7,7 % des prix moyens. » Entre 2016 et 2017, l’Ademe prévoit  par contre une hausse de 13,3 % du nombre d’équipements vendus et posés en rénovation à 761 M€ + 22 M€ de maintenance.

type de chauffage à bois

Les chaudières gaz et fioul à condensation, un marché de 2,3 milliards d’euros

En 2016, les ventes de chaudières à condensation (CC) représentent 76 % des chaudières à gaz et au fioul vendues en France, avec 454 000 unités vendues, dont plus de 313 810 posées en remplacement de chaudières moins performantes (soit 68 % des installations réalisées en rénovation). Le marché total s’élevait à 2,3 milliards € en 2016 (en hausse de 35 % par rapport à 2014). En 2016, le parc des chaudières à condensation est estimé à 3,1 millions d’appareils. Il croît à un rythme moyen de 18 % depuis trois ans. 

Les remplacements expliquent près de 70 % des ventes de chaudières à condensation, soit près de 314 000 appareils (en hausse de 26,4 % par rapport à l’année précédente). « La hausse des ventes de chaudières à condensation s’explique essentiellement par le remplacement d’anciens systèmes de chauffage par des chaudières plus performantes, plutôt que par la pose de CC dans les logements neufs ». En 2017, le marché total de l’ensemble des chaudières à condensation est estimé à 2,6 milliards d’euros (en hausse de 9,2 % par rapport à 2016).

Les pompes à chaleur domestiques (PAC) et chauffe-eau thermodynamiques (CET), un marché de près 1,5 milliard d’euros

En 2016, plus de 142 160 pompes à chaleur domestiques (PAC) et chauffe-eau thermodynamiques (CET) ont été vendus pour la rénovation, représentant un marché total de 1,3 milliard d’euros. « Le nombre d’unités vendues continue de croître (+26 % par rapport à 2014), en partie grâce à la diminution des prix. » Les PAC aérothermiques, qui exploitent la chaleur de l’air, représentent 76 % des ventes de PAC et CET posés en rénovation en 2016. Les PAC air/air représentent 68 % des ventes de ce type d’appareil pour la rénovation. Pour les PAC géothermiques posés en rénovation, leur vente augmente de 3 % entre 2015 et 2016.

Apparus en 2008, les ventes de chauffe-eau thermodynamiques pour la rénovation diminuent pour la première fois en 2015 avec 24 400 unités vendues, avant de progresser à nouveau en 2016 en atteignant 32 300 unités vendues.

Au final, le marché total des PAC et CET posés en rénovation connaît une hausse en valeur de 9,4 % entre 2015 et 2016. Et cela malgré une baisse des prix moyens de 3,3 %. En 2017, l’Ademe estime que le marché en rénovation des PAC et CET a progressé de 19,9 % par rapport à l’année précédente. Les ventes augmentent de 33 %, avec plus qu’un dédoublement des ventes des CET (65 860 unités vendues). En revanche, les ventes des PAC géothermiques baissent de 26 %. Et atteignent 1 320 unités vendues en 2017.

La VMC, un marché de 342 millions d’euros

Sur les 796 075 systèmes de Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) vendus en 2017, on estime à près de 271 470 unités le nombre de ces VMC destinés au marché de la rénovation. Ce qui représente une hausse de 2,4 %. Le marché total passe ainsi de 329 M€ en 2016 à 342 M€ en 2017 (+3,9 %). En 2016, 777 111 VMC ont été vendues en France, essentiellement des VMC simple flux (754 344 unité), les 22 767 restants étant des VMC double flux.

Le solaire thermique, un marché de 118 millions d’euros

En 2016, le marché total du solaire thermique en rénovation est estimé à 118 M€. Répartis entre :

  • la fabrication des équipements (17 M€),
  • les importations (7 M€),
  • la distribution et l’installation des équipements (respectivement 2 M€ et 39 M€),
  • et également la maintenance (53 M€).

Entre 2015 et 2016, les surfaces installées en rénovation augmentent de 6,4 %. 57 % des opérations d’installation solaire thermique se sont faites dans la rénovation, contre 46 % en 2015 et 38 % en 2014. « Ce taux vient de résultats différents entre les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI) et les Systèmes Solaires Combinés (SSC), avec respectivement 55 % et 75 % d’installations dans la rénovation. »

pose de panneaux solaires

Les équipements de régulation du chauffage des logements, un marché de 118 millions d’euros

En 2016, le marché total de la régulation du chauffage des logements est estimé à 118 M€, en hausse de 3,4 % par rapport à 2015. Environ 185 000 appareils de régulation de chauffage sont posés dans le cadre d’une rénovation de logement. « Cela représente environ le tiers des systèmes de régulation de chauffage vendus, incluant les robinets thermostatiques, les thermostats d’ambiance électroniques, ainsi que les solutions d’équilibrage (vannes et robinets auto-équilibrants). »

Sources : ADEME, IN NUMERI. 2018. Marchés et emplois liés à l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment résidentiel, Situation 2014-2016. 78 pages.

Cet ouvrage est disponible en ligne : www.ademe.fr/mediatheque

Quand vous pensez travaux de rénovation, pensez illiCO travaux !



Un projet travaux ?
Confiez-nous votre demande !

illiCO travaux s'engage à vous contacter sous 24h.

J'ai pris connaissance et accepte la politique de confidentialité d'illiCO travaux

* Champs obligatoires