Dossier : le photovoltaïque est-ce rentable ?

Dossiers

Dossier : le photovoltaïque est-ce rentable ?

19 novembre 2018

Le photovoltaïque utilise l’énergie solaire pour produire de l’électricité. Cette électricité peut être vendue en totalité, auto-consommée avec vente du surplus, ou entièrement auto-consommée.  En fonction de l’option choisie, l’installation minimum et la rentabilité du projet ne seront pas les mêmes.

Une installation photovoltaïque pour quoi faire ?

Faire installer des panneaux solaires photovoltaïques sur sa maison répond à deux grandes logiques :

  • s’assurer un revenu complémentaire en revendant l’électricité produite,
  • faire baisser sa facture d’électricité en consommant l’électricité produite.

Une troisième alternative est possible : l’auto-consommation avec vente du surplus produit.

Attention : La capacité de production d’une installation photovoltaïque s’exprime en Watt-crête ou kiloWatt-crête (Wc ou kWc). Cette unité permet de comparer les panneaux de marques et technologies différentes puisqu’en effet, 1Wc produit toujours la même quantité d’énergie dans des conditions standardisées.

Selon l’utilisation qui sera faite de l’électricité, le projet va varier en termes de puissance d’installation.

  • Pour de l’auto-consommation seule, l’installation n’aura pas besoin d’être puissante (de 1 à 2kWc) puisque l’électricité devra être entièrement consommée sans possibilité d’en injecter sur le réseau,
  • Pour de l’auto-consommation avec vente de surplus, l’installation pourra être plus conséquente (3kWc) puisque le surplus sera réinjecté sur le réseau,
  • Pour de la vente totale de l’électricité produite, plus l’installation sera importante et plus elle produira.

Bon à savoir : Le contrat d’achat de votre électricité photovoltaïque sur le réseau est établi pour

une durée de 20 ans, et une fois l’option de vente choisie, il n’est plus possible de faire marche arrière.

Le photovoltaïque, rentable ou pas rentable ?

Quelle que soit l’option choisie (vente totale, auto-consommation totale, auto-consommation partielle avec vente du surplus), la rentabilité d’une installation doit se calculer en amont. Elle dépendra de la qualité d’implantation des panneaux en termes d’orientation et d’ensoleillement, mais aussi de la technologie utilisée et du nombre de panneaux installés.

Par ailleurs, le calcul de rentabilité doit tenir compte également des frais induits par l’installation et/ou la vente de la production.

En pratique, pour calculer la rentabilité d’une installation photovoltaïque, il faut tenir compte côté dépenses :

  • Du coût de l’installation : en moyenne, ce coût oscille entre 2 et 3€ par Wc, selon que la pose est intégrée au toit ou simplement posée au sol.
  • Du coût du raccordement : selon l’option choisie, le coût du raccordement varie de 0€ si l’électricité produite est entièrement auto-consommée, à quelques centaines d’euros dans le cas d’une auto-consommation partielle assortie d’une vente du surplus, de 1.200 à 3.000€ en cas de vente totale de l’électricité produite.
  • Du coût de la maintenance : si les panneaux solaires ont une durée de vie longue (25 ans en moyenne), il n’en ai pas de même pour l’onduleur qui devra être changé tous les dix ans en moyenne (de 1.000 à 2.000€).
  • Des impôts et taxes : pour les installations de puissance nominale supérieure à 3 kW (environ 25 m² de panneaux), la vente de l’électricité produite est imposable au titre de l’impôt sur le revenu. Tous les ans, une taxe (Tarif d’utilisation du réseau public d’électricité abrégée en TURPE) est réclamée par le fournisseur
  • Du surcoût de l’assurance habitation : les panneaux doivent être assurés par un avenant au contrat d’origine ce qui peut engendrer des frais supplémentaires selon les compagnies d’assurance.
  • Du coût des démarches administratives en amont: permis de construire ou demande préalable de travaux.
Bon à savoir :

Avec les nouveaux compteurs Linky, il n’est plus nécessaire d’installer un deuxième compteur pour comptabiliser l’électricité produite injectée sur le réseau.

Côté recettes, une installation photovoltaïque permet soit de gagner de l’argent à la revente de l’électricité produite, soit d’économiser sur les factures d’électricité en cas d’auto-consommation totale ou partielle (diminution de 15 à 25% de la facture).

Dans le cas d’une vente totale de l’électricité produite, le rachat des kWh photovoltaïques est réalisé par EDF OA à un tarif d’achat fixé par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) qui évolue chaque trimestre. Ce tarif d’achat dépend de la « puissance crête » de l’installation. Le tarif qui est retenu à la signature du raccordement est garanti pour 20 ans.

Au dernier trimestre 2018, le tarif réglementé du rachat d’électricité était de 18,59€/kWh pour les installations ≤ 3kWc, de 15,80€/kWh pour les installations ≤ 9kWc.

En règle générale, les tarifs de rachat de l’électricité plus chers que le tarif pratiqué par les fournisseurs d’énergie permettent de rentabiliser l’investissement sur une période comprise entre 10 et 15 ans selon l’ensoleillement de la région.

Dans le cas d’une installation en autoconsommation avec vente de surplus, le tarif de rachat est inférieur : l’électricité qui ne sera pas consommée instantanément sera vendue à EDF à hauteur de 10cts € /kWh pour les installations inférieures ou égales à 9kWc et 6cts € /kWh pour les installations jusqu’à 100kWc. Ce moindre tarif est compensé par une prime à l’investissement. Cette prime est dégressive tous les trimestres en fonction des volumes de demandes de raccordement et elle est versée sur 5 ans au producteur.

Elle est fixée à : 390 € / kWc pour une installation < ou égale à 3kWc,  290 € / kWc pour une installation entre 3 et 9 kWc, 190 € / kWc pour une installation entre 9 et 36 kWc, 90 € / kWc pour une installation entre 36 et 100 kWc.

Bon à savoir : Si le crédit d’impôt a été supprimé depuis janvier 2014, les installations peuvent être éligibles à certaines aides de l’Anah. Elles sont également éligibles à la TVA à 10% si l’installation

solaire est inférieure ou égale à 3 kW (taux à 20 % pour les installations supérieures à 3 kW), et au prêt à taux zéro.

Tout le dossier

Dossier : le photovoltaïque comment ça marche ?

Dossier : quels sont les pièges du photovoltaïque ?



Un projet travaux ? Confiez-nous votre demande !

illiCO travaux s'engage à vous contacter sous 24h.

Cochez cette case pour vous opposer librement à l'utilisation de vos données par illiCO travaux à des fins de prospection commerciale. En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de ce site.

* Champs obligatoires