En pratique : quelle ventilation dans une maison à rénover ?

Conseils pour la rénovation de maison

En pratique : quelle ventilation dans une maison à rénover ?

Vous faites des travaux de rénovation dans une maison ? C’est le moment de penser a rénover la ventilation d’une maison est indispensable pour renouveler l’air et évacuer l’humidité. Dans le cadre d’une rénovation plusieurs options de ventilation sont envisageables : ventilation naturelle, ventilation mécanique contrôlée (VMC) à simple flux, hygroréglable, double flux, ventilation mécanique répartie (VMR), puits climatique.

A quoi sert la ventilation dans une maison !

La ventilation dans une maison remplit deux rôles fondamentaux :

  • Elle évacue l’humidité : Dans la cuisine ou la salle de bain, mais aussi dans les autres pièces à vivre, de la vapeur d’eau se forme en permanence (douche, cuisine, respiration). Cette vapeur d’eau doit être évacuée à l’extérieur pour éviter qu’elle ne forme de la condensation, responsable de dégradations importantes dans la maison (humidité dans les murs, développement de moisissures, dégradation des menuiseries…).
  • Elle renouvelle l’air : L’utilisation de solvants, de colles, de produits ménagers, de peintures, de vernis, de désodorisants d’intérieur, mais aussi la respiration, etc…, polluent nos intérieurs. Pour mieux respirer mais aussi faciliter la combustion des appareils de chauffage, de l’air frais est indispensable.

Bon à savoir : Plus la maison est récente et plus elle est isolée et étanche, plus la ventilation doit être efficace.

Attention : Dans certaines régions françaises, la présence de radon oblige à un effort tout particulier de ventilation. Le radon est un gaz radioactif issu de la désintégration de l’uranium et du radium présents naturellement dans le sol et les roches. Il se concentre essentiellement dans les sous-sols et les vide-sanitaires, et remonte par infiltration dans les maisons. Sans une bonne ventilation, le radon peut s’accumuler à l’intérieur. Et sa concentration est donc évidemment très nocive pour la santé : le radon serait ainsi la seconde cause de cancer du poumon, après le tabac et devant l’amiante.

La ventilation à travers les décennies

Pendant longtemps, les logements n’avaient aucun système de ventilation. Le renouvellement de l’air se faisait en ouvrant les fenêtres ou via les conduits de cheminée. Les maisons de cette époque, peu ou mal isolées, étaient loin d’être étanches, ce qui favorisait bien sûr la ventilation naturelle. Cependant, la déperdition de chaleur était importante.

Peu à peu, des nouveaux systèmes ont été mis en place. Ainsi jusqu’à la fin des années 60, bon nombre de logements disposaient d’un système de ventilation naturelle des pièces humides (cuisine, salle de bain). Des grilles d’aération équipées de systèmes d’obturation partielle ou totale étaient installées. Elles laissaient passer le froid en hiver et le chaud en été dans les pièces humides. Le reste de la maison n’était pas ventilé.

En 1969, l’État décide de faire avancer les choses. Obligation est créée dans les nouveaux logements de prévoir des entrées d’air dans les pièces non humides. Afin de permettre à l’air de traverser le logement.

Face à cette nouvelle obligation, au milieu des années 70 est inventée la ventilation mécanique contrôlée (VMC). Tous les nouveaux logements en seront bientôt équipés. L’avantage de la VMC est de faire circuler l’air dans le logement à l’aide d’un ventilateur sans attendre l’aide du vent.

Le principe de la VMC simple flux a ensuite été amélioré pour donner naissance à la VMC double flux équipée ou non de systèmes hygroréglables. Pour les maisons les plus anciennes, là où l’installation d’une VMC classique est difficile, la ventilation mécanique répartie (VMR) vient en remplacement.

ventilation - illiCO travaux

Les différentes solutions de ventilation

Aujourd’hui, dans le neuf et en rénovation, 4 grandes familles de ventilation sont installées :

  • la VMC simple-flux (autoréglable ou hygroréglable)
  • la VMC double flux
  • la VMR
  • le puits climatique

La VMC simple-flux

Ce système permet à l’air frais venant du dehors de traverser d’abord les pièces de séjour et les chambres pour être évacué via les pièces humides, par un groupe d’extraction comportant un ventilateur. Selon les modèles, la VMC simple-flux peut être autoréglable (débit d’air constant quelles que soient les conditions extérieures et intérieures). Ou encore, hygroréglables (débit d’air varier en fonction de l’humidité intérieure).

La VMC simple-flux est encore aujourd’hui le système le plus couramment utilisé dans les maisons datant de 1980 et après.

En termes de prix, l’installation d’une VMC simple-flux dans une maison en rénovation coûte en moyenne, matériel et pose compris, entre 500€ pour une simple-flux autoréglable, et 800€ pour une VMC hygroréglable. Ces prix peuvent bien évidemment varier en fonction de la superficie de la maison.

La VMC double-flux

La VMC double flux avec récupération de chaleur est désormais la norme dans les constructions récentes répondant aux obligations de la norme RT2012. Ce système limite les pertes de chaleur liées à la ventilation en récupérant la chaleur de l’air extrait de la maison pour réchauffer l’air venant de l’extérieur. Ce système inclut ainsi deux circuits. Le premier insuffle l’air extérieur préalablement préchauffé par un échangeur de chaleur et filtré dans les pièces principales via un ventilateur. Le second récupère l’air vicié de l’intérieur, en récupère la chaleur avant de l’évacuer vers l’extérieur. La récupération de chaleur est en moyenne de 70%, mais peut monter jusqu’à 90% pour les modèles les plus récents.

En termes de prix, la VMC double-flux est notablement plus chère que la simple-flux. Son prix atteint souvent les 2.500€ voire plus, matériel et pose compris. En termes de consommation électrique, le VMC double-flux consomme plus, mais elle cette surconsommation est amortie par les économies de chauffage.

La ventilation mécanique répartie (VMR)

Surtout utilisée pour les maisons les plus anciennes (avant 1980), la ventilation mécanique répartie (VMR) met en œuvre des aérateurs individuels placés dans les pièces humides. Son fonctionnement est identique à la VMC simple-flux. L’air frais entre par les pièces principales et circule jusqu’aux pièces humides où il est rejeté vers l’extérieur. Ce type de ventilation « à l’ancienne » est principalement utilisée dans le cas de la rénovation d’une vieille bâtisse où la pose d’une VMC classique est compliquée.

En termes de prix, la VMR est assez chère : environ 2.000€ pour une maison standard.

Le puits climatique

Souvent utilisée dans le Sud de la France, là où les températures grimpent en été, le puits climatique capte l’air extérieur. Puis, le fait circuler dans des tubes enterrés à une profondeur d’environ 2 mètres, là où la température varie peu au fil de l’année. En hiver, l’air est ainsi réchauffé en passant dans les tubes, et l’été il est rafraîchit. Un système de ventilation pulse l’air dans la maison.

En terme de prix, le puits climatique est assez cher (comptez entre 1.500 et 3.000€ matériel et pose compris). L’intérêt de cette installation est de limiter les coûts de chauffage l’hiver et aussi de climatisation en été.

La ventilation, une installation subventionnée

Non éligible au crédit d’impôt (CITE), l’installation d’une VMC est toutefois subventionnée par l’Agence Nationale pour l’Habitat (ANAH) sous conditions de ressources et de performance. La pose d’une VMC est également éligible dans le cadre du prêt à 0%. Et aussi, de la TVA réduite à 10%.



Un projet travaux ? Demandez vos devis !

illiCO travaux s'engage à vous contacter sous 24h.

Sélectionnez vos travaux * Plusieurs choix possibles

Êtes-vous propriétaire ?
Pour quel type d’habitation ?
Pour quel type de résidence ?

* Champs obligatoires

Inspirez-vous Rejoignez la communauté illiCO travaux

Book de réalisations

Inspirez-vous et découvrez de nombreuses idées pour réaliser vos futurs projets : rénovation, extension, aménagement intérieur et extérieur…

Je visionne en ligne

Book de réalisations