Le concept de bâtiment autonome n’est pas nouveau. Que l’on soit particulièrement concerné par les problèmes écologiques ou non, voir sa facture énergétique baisser jusqu’à presque disparaître est une idée plaisante. Mais est ce vraiment quelque chose de réalisable quand on prévoit des travaux de rénovation ? Quelques éléments de réponse se trouvent dans cet article.

Le principe de la maison autonome

Une maison autonome se définit simplement comme un bâtiment indépendant sur le plan énergétique. L’énergie nécessaire non seulement à son chauffage et à son éclairage, mais aussi à la production de son eau chaude, à l’alimentation de ses appareils électroménagers et à la cuisson des aliments est produite sur place.

En pratique, une maison est considérée comme autonome si elle consomme chaque année moins de 100 kWh par mètre carré, dont 15 kWh pour le chauffage.

Une maison autonome peut également s’affranchir des réseaux de distribution de l’eau. Elle peut arriver à ce résultat en récupérant l’eau de pluie, en traitant ses propres déchets et en tirant parti d’un puits.

Comment la maison autonome conserve et produit son énergie

Pose de panneaux photovoltaïques pour une maison autonome

L’isolation est bien entendu le premier front de lutte contre la déperdition d’énergie : l’enveloppe de la maison doit être parfaite (épaisseur des murs, isolation thermique renforcée, absence de ponts thermiques, triples vitrages, etc.) L’énergie est ensuite produite soit par un système photovoltaïque, soit par des éoliennes. En outre, la géothermie peut être utilisée pour le chauffage par le sol.

Parce que nos artisans sont sélectionnés pour leur professionnalisme et évalués par nos clients vous avez, en faisant appel à illiCO travaux, l’assurance de faire appel aux meilleurs artisans près de chez vous pour réaliser votre projet de maison autonome.

Vous souhaitez en savoir plus ? Découvrez les maisons autonomes ou maisons passives.

Voir plus de conseils