Les chaudières à gaz à basse température ont, en leur temps, amélioré les performances des modèles plus anciens, apportant de meilleures performances avec un impact écologique moindre.

Cependant, le cadre légal déterminé par la RE 2020 réduit fortement le recours à ces chaudières et met en avant d’autres systèmes de chauffage plus performants et pour leur part éligibles aux différentes aides qui existent. illiCO travaux vous propose ce guide afin d’y voir plus clair, que ce soit dans le cadre d’une construction, d’une rénovation ou d’un remplacement.

Sommaire

    Comment fonctionne une chaudière à gaz basse température ?

    Une chaudière à gaz basse température fonctionne comme une chaudière classique à la différence qu’elle régule beaucoup mieux sa température interne et limite de manière importante celle des fumées qui sont rejetées. Il en résulte une consommation de gaz réduite et un impact environnemental beaucoup moins marqué.

    Une température de chauffe moins importante implique une certaine adaptation au niveau du reste de votre solution de chauffage.

    Afin de profiter d’un même niveau de chaleur, il sera nécessaire de multiplier au maximum les surfaces d’échange de chaleur dans votre logement en ayant recours à :

    • un plancher chauffant : intégré directement dans le sol, un réseau complexe de tuyaux permet une surface d’échange très importante dans tous les recoins de votre maison.
    • des radiateurs basse température : ces radiateurs ont une grande surface d’échange avec l’air et permettent d’atteindre le même confort avec une eau à moins de 50°.

    Quels sont les avantages et inconvénients d’une chaudière à gaz basse température ?

    En vous équipant d’une chaudière à gaz basse température, vous devez garder à l’esprit que le reste de vos équipements dédiés au chauffage doivent être adaptés, ce qui détermine des avantages et inconvénients secondaires

    Avantages

    • diminution importante de la consommation de gaz
    • bonne performance thermique
    • impact écologique mesuré avec des rejets de CO2 et de gaz à effet de serre très limités
    • confort de chauffage équivalant aux chaudières classiques souvent plus puissantes
    chaudiere condensation thermostat

    Inconvénients

    Comme indiqué plus haut, une partie significative des inconvénients liés aux chaudières à gaz basse température vient des équipements et installations nécessaires pour garantir un confort d’utilisation suffisant

    • radiateurs basse température : ils sont onéreux et souvent plus encombrants que des radiateurs classiques
    • l’habitation doit être très bien isolée pour que la chaudière à gaz basse température soit suffisante

    Le plus gros point négatif concernant les chaudières à gaz basse température est que leurs performances, même si elles sont améliorées par rapport aux chaudières classiques, ne permettent pas d’atteindre un niveau suffisant pour que vous puissiez prétendre aux aides et subventions par exemple disponibles pour les chaudières à gaz à condensation. En outre, ces modèles restent assez onéreux et imposent les mêmes contraintes que les autres chaudières à gaz :

    • obligation de disposer d’une arrivée de gaz de ville ou d’une citerne de propane
    • coût d’utilisation à long terme dépendant du prix du pétrole
    • coût d’achat assez élevé, d’autant plus si l’on ajoute l’achat des équipements

    Les chaudières à gaz basse température sont-elles interdites ?

    Les chaudières à gaz basse température n’ont plus les faveurs des instances depuis 2015 et de nombreux modèles ne sont plus commercialisés depuis cette date à cause de rendements trop faibles ou de rejets d’oxyde d’azote (NOx) bien trop importants par rapport aux directives européennes. Ces gaz sont en effet responsables de l’augmentation de l’effet de serre.

    En tout état de cause, il est impossible d’installer une chaudière à gaz basse température dans un logement individuel neuf depuis le 1er janvier 2022. Il reste possible d’y recourir pour les logements collectifs neufs jusqu’en 2025 : l’objectif à terme est d’imposer un seuil de rejet de Co2 par m² qui devra diminuer par paliers progressifs jusqu’en 2031.

    En cas de nécessité de remplacement de votre chaudière à gaz basse température, il faudra faire un point précis sur votre installation, et particulièrement sur votre système d’évacuation des fumées, afin de voir si vous pouvez passer sur un autre système de chauffage plus performant et éligible aux aides et subventions.


    Par quoi remplacer une chaudière à gaz basse température ?

    Comme nous l’avons vu, l’intérêt d’installer une chaudière à gaz basse température est de moins en moins évident, il est donc plus judicieux de vous tourner autant que possible vers d’autres systèmes de chauffage.

    • chaudière à gaz à condensation à très haute performance énergétique (elles aussi vouées à disparaître), si vous n’avez pas d’autres choix, elles permettent d’accéder à certaines aides
    • pompe à chaleur air-eau : alliant performance et respect de l’environnement, elles sont adaptées à bien des configurations
    • solution de chauffage au bois : il existe de nombreuses possibilités comme les poêles qui pourront être à bûches ou à granulés, et il en va de même pour les chaudières bois

    Ces systèmes ont tous leurs avantages et inconvénients et nécessiteront probablement quelques ajustements concernant l’évacuation des fumées (le tirage doit être optimal afin de bénéficier des performances maximales de ces chaudières), la production d’eau chaude sanitaire ou encore du reste de votre installation (chauffage au sol, radiateurs basse température ou autre).

    + Bon à Savoir

    En matière de coûts, cette opération sera à votre avantage puisque vous pourrez bénéficier de performances thermiques supérieures générant des économies à long terme.


    Qui peut gérer l’installation de ma chaudière à gaz basse température ?

    Que vous deviez installer une chaudière à gaz basse température dans un logement collectif, ou procéder à un remplacement, il est capital de faire appel à une équipe qualifiée. Entre la manipulation des arrivées de gaz et l’extraction de fumées extrêmement toxiques, faire appel aux services d’illiCO travaux afin de garantir un travail de qualité sera un vrai plus :

    • état des lieux : qualité et nature du système d’extraction des fumées, état des canalisations de gaz, performance de votre système de chauffage actuel ou encore qualité de l’isolation de votre logement : il est nécessaire de connaître très précisément votre situation afin de prendre les meilleures décisions
    • choix du système de chauffage : installer une chaudière à gaz basse température ne sera probablement pas votre seul choix. Comme nous l’avons vu, d’autres systèmes plus performants pourront être envisagés. En outre, vous pourrez en profiter pour améliorer, si cela s’avère nécessaire, l’isolation de votre maison ou encore la qualité de votre tirage
    • sélection des équipes et négociation des devis : illiCO travaux sélectionnera les artisans les plus à même de procéder au remplacement de votre chaudière à gaz basse température, et s’appuiera sur une parfaite connaissance des prix pour négocier des tarifs justes
    • suivi des travaux et livraison du chantier : afin de garantir un résultat à la hauteur de vos attentes, illiCO travaux pourra s’occuper de la maîtrise d’œuvre et donc piloter l’intervention des différentes équipes et vérifier la conformité des travaux réaliser

    Sachez qu’illiCO travaux peut réaliser ces missions à la carte ou au travers d’une offre clé en main complète.


    Quelles sont les aides pour installer une chaudière à gaz basse température ?

    La règlementation environnementale 2020, appelée RE 2020, s’applique depuis le premier janvier 2022. Comme indiqué plus haut, elle interdit toute installation de chaudière à gaz basse température dans les logements individuels neufs et ne l’autorise que dans certaines conditions pour les habitats collectifs.

    Dans la mesure où les chaudières à gaz basse température ne sont pas assez performantes, vous ne bénéficiez d’aucune aide de la part de l’Anah (Agence Nationale pour l’Habitat) qui impose au minimum un rendement saisonnier supérieur à 92 %. Il en va de même pour les CEE (Certificats Economie Energie).


    • Interlocuteur unique

    • Devis négociés

    • Acomptes sécurisés

    • Artisans sélectionnés

    • Accompagnement & Suivi de chantier

    

    Besoin d'un accompagnement pour vos projets travaux ?

    illiCO travaux vous recontacte sous 24h.

    Cochez cette case pour prouver que vous n'êtes pas un robot.

    * Champs obligatoires