On entend souvent parler du Diagnostic de Performance Energétique (DPE) lors de la vente d’une maison ou la mise en location d’un logement, ou encore d’audit énergétique lors de la rénovation d’un bien. Il arrive parfois que l’on confonde cet audit énergétique avec une étude thermique : il s’agit bel et bien de choses différentes.

En effet, l’étude thermique intervient avant la délivrance du permis de construire (ou lors d’une rénovation énergétique). Son but est simple : savoir quels matériaux utiliser dans l’optique de construire une maison (ou tout autre bien immobilier) qui respecteront du mieux possible l’environnement, et ce, aussi bien dans leurs performances énergétiques que dans les matériaux utilisés.

Sommaire


    Qu’est-ce qu’une étude thermique ?

    Concrètement, lorsque l’on réalise une étude thermique, on mesure l’efficacité énergétique d’un bâtiment. Avec cette dernière, on parvient à définir les matériaux à utiliser pour la construction, mais aussi le système de chauffage ainsi que la ventilation. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les premières études thermiques ne datent pas de 2012 (et l’apparition du RT 2012), mais des années 1970.

    Cela fait donc plusieurs décennies qu’une étude thermique est mise en place pour la construction d’un bâtiment ou la rénovation de ce dernier. Cependant, c’est depuis 2012 qu’il est obligatoire que le bâtiment ne dépasse pas 50 kWhEP/(m².an). Si cette limite de consommation est dépassée, la construction ne se fera pas et les plans devront être revus.

    Bien entendu, ce n’est pas au constructeur de réaliser l’étude pour ses clients. En effet, il faut faire appel à un professionnel spécifique : un bureau d’études ou un thermicien qualifié peuvent réaliser l’étude thermique. Au terme de celle-ci, une attestation RT 2012 est délivrée et permet le lancement des travaux de construction après obtention du permis de construire.

    Quelles sont les différences entre une étude thermique, un DPE et un audit énergétique ?

    Une étude thermique est une mesure de l’efficacité énergétique d’un bâtiment, qui permet de savoir comment construire le logement de la meilleure des façons dans le respect de la planète.

    un Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) indique de quelle étiquette énergie est un bâtiment. Il est nécessaire de réaliser un DPE lorsque le logement est mis en vente ou en location. Celui-ci permet au futur occupant de savoir en un clin d’œil l’état de la consommation du bâtiment via une étiquette simple à comprendre (de A à G, A étant le plus économe).

    Un audit énergétique est encore une autre chose : celui-ci n’est utilisé qu’uniquement lors d’une rénovation, comme peut l’être une étude thermique. Néanmoins, l’audit énergétique permet d’afficher du mieux possible les pertes de chaleur d’un logement. Bien souvent, cela se traduit par la mise en avant des ponts thermiques ou déperditions (via une fenêtre mal isolée par exemple). Avec un audit énergétique, on sait où (et comment) intervenir pour réduire la consommation d’un logement, avec une étude thermique, on sait quels matériaux utiliser.


    Quel est l’impact de RT 2012 et RE 2020 sur les études thermiques ?

    Ce qui a permis aux études thermiques d’être les plus efficaces possible, c’est la mise en place des différentes Réglementations Thermiques (RT) au fil des années. L’une d’entre elles est particulièrement connue : la RT 2012. Ainsi, depuis l’année 2013, la RT 2012 oblige les constructeurs à respecter les normes du Bâtiment Basse Consommation (BBC). Cette RT dispose de trois obligations de résultat :

    • Les besoins bioclimatiques du bâtiment (Bbiomax) : ce qui détermine la qualité de l’isolation générale et des matériaux de construction
    • La consommation d’énergie primaire (Cepmax) : ce qui regroupe l’ensemble des consommations d’un logement (pour se chauffer, produire de l’eau chaude et éclairer)
    • Le confort en été (Ticréf) : il s’agit de la température maximale intérieure d’un bâti après 5 jours de canicule consécutifs.


    Ainsi, en respectant ces trois obligations, une maison ou un bâtiment construit en RT 2012 est considéré comme BBC : l’étude thermique doit prendre en compte tous ces critères. D’ailleurs, depuis l’apparition de la norme RT 2012, la consommation des logements neufs a fortement chuté.

    En 2022, la Réglementation Environnementale 2020 (RE 2020) entre en jeu. Par conséquent, toutes les nouvelles constructions doivent être en accord avec le Label Bâtiment à Énergie Positive (BEPOS).

    L’objectif est ici d’utiliser des énergies renouvelables pour chauffer le bâtiment : pompe à chaleur, chauffe-eau thermodynamique… Par exemple, un constructeur qui vous propose une maison neuve en 2022 avec une chaudière à gaz ne passera pas l’étude thermique, ce mode de chauffage étant désormais interdit dans l’immobilier neuf.


    Quand faut-il réaliser une étude thermique pour un agrandissement ?

    Même s’il est conseillé de mettre en place une étude thermique pour tous les travaux d’agrandissement, celle-ci n’est pas toujours obligatoire. En effet, lorsqu’un particulier souhaite agrandir son logement (on parlera d’agrandissement, d’extension et même de surélévation), il est nécessaire de réaliser cette étude dès que l’agrandissement atteint les 50 m².

    À noter qu’une étude thermique RT 2012 est obligatoire si l’extension dépasse les 150 m² et à 30% de la surface du premier bâtiment en place.

    economie d'energie

    L’étude thermique d’un agrandissement permet de profiter des mêmes avantages que pour la construction d’un logement neuf :

    • Réduction des besoins énergétiques et thermiques grâce à l’utilisation de matériaux pensés pour réduire au minimum la consommation d’énergie.
    • Bonne étanchéité et isolation qui évite les infiltrations d’air
    • Confort thermique, été comme hiver

    Bien entendu, il est assez rare qu’un particulier agrandisse une maison de plus de 50 m². Néanmoins, ce sont des chantiers qui existent et l’étude thermique permet d’encadrer la construction de ce genre de bâtiments d’extension.

    Quel prix et quelles aides de financement pour une étude thermique ?

    Même s’il s’agit d’une étape obligatoire lors de la construction d’un bâtiment, le prix d’une étude thermique n’est pas soumis à un barème précis. De ce fait, il est nécessaire de contacter plusieurs bureaux d’études afin de comparer la meilleure offre que l’on pourrait vous faire.

    Plusieurs éléments entrent aussi en jeu pour déterminer le prix d’une étude thermique :

    • la superficie du logement
    • son emplacement

    On estime le coût de cette étude entre 200 € et 1 200 € (comptez 800 € en moyenne).

    Pour avoir une première estimation, vous pouvez réaliser des devis en ligne, même si le contact avec un bureau d’étude sera toujours plus précis.


    Par ailleurs, il n’existe par contre, pas d’aide pour financer une étude thermique. La plupart du temps, celle-ci est comprise dans le prix d’achat de la maison (pour un particulier) ou du bâtiment pour d’autres projets.

    Néanmoins, il est possible de faire appel au prêt à taux zéro : cela permet d’échelonner la dépense pour une étude thermique de rénovation ou d’extension par exemple. Avec ce genre de prêt, c’est l’État qui prend en charge les intérêts : si vous empruntez 1 000 €, vous ne rembourserez pas 1€ de plus.

    Quoi qu’il en soit, réaliser une étude thermique est un réel investissement avec ses avantages. En effet, l’étude permettra, à terme, de réaliser des économies d’énergie importantes tout au long de la vie du bâtiment. De nos jours, avec les cours de l’énergie qui s’envolent d’année en année, l’étude thermique est un véritable socle qui aide à construire des logements toujours moins énergivores…

    • Interlocuteur unique

    • Devis négociés

    • Acomptes sécurisés

    • Artisans sélectionnés

    • Accompagnement & Suivi de chantier

    

    Besoin d'un accompagnement pour vos projets travaux ?

    illiCO travaux vous recontacte sous 24h.

    Cochez cette case pour prouver que vous n'êtes pas un robot.

    * Champs obligatoires